Le bureau sud-africain de règlement des différends déclare qu’il examine désormais les plaintes liées à la cryptographie

Selon le bureau sud-africain du FAIS Ombud, un bureau indépendant de règlement des différends, les personnes ayant des griefs liés à la cryptographie survenus après le 19 octobre 2022 peuvent désormais déposer officiellement de telles plaintes sur le site Web de l’agence. Cependant, le bureau du médiateur FAIS a insisté sur le fait que toutes les plaintes survenues avant que les actifs cryptographiques ne soient désignés comme produits financiers ne seront pas prises en compte et ne doivent pas être soumises à nouveau.

Code de conduite pour les fournisseurs de services d’actifs cryptographiques

L’agence gouvernementale sud-africaine chargée d’enquêter et de résoudre les plaintes en vertu de la loi FAIS (Financial Advisory and Intermediary Services) a récemment déclaré qu’elle pouvait désormais « enquêter sur les plaintes contre les fournisseurs de services financiers enregistrés existants qui offrent des conseils sur la crypto-monnaie ». Selon l’agence, connue sous le nom de Bureau du médiateur FAIS, la récente désignation d’actifs cryptographiques comme produits financiers a rendu cela possible.

Dans un article de presse publié sur son site Web, l’agence de règlement des différends a déclaré que les plaintes liées à la cryptographie ne peuvent être déposées que contre les fournisseurs de services financiers (FSP) enregistrés qui doivent adhérer au code de conduite général du pays pour les FSP autorisés. Ce code exige « des divulgations importantes, la réalisation d’une analyse des besoins et la recommandation d’un produit adapté à ses besoins et à sa situation ».

Seulement trois plaintes déposées

Cependant, selon les propos de Thuso Ngwagwe de l’agence publiés par Moneyweb, toutes les plaintes déposées auprès du bureau du médiateur FAIS avant la désignation des actifs cryptographiques par la Financial Sector Conduct Authority ne seront pas prises en compte. Dans le rapport, Ngwagwe a réitéré l’affirmation de l’agence selon laquelle elle n’a pas compétence.

« Toutes les plaintes reçues avant le 19 octobre 2022 concernant des investissements réalisés dans la crypto-monnaie ont été rejetées par ce bureau car nous n’avions pas compétence pour connaître de ces questions », aurait déclaré Ngwagwe.

Selon Ngwagwe, le bureau du médiateur FAIS a reçu un total de huit plaintes liées à la crypto-monnaie au cours de l’exercice 2022/23. Cependant, seuls « trois se sont produits après le 19 octobre 2022 et [therefore] être considéré. » Les autres plaintes ne seront pas prises en compte et ne pourront pas être soumises à nouveau, a ajouté Ngwagwe.

Pour les personnes ayant des plaintes relevant de sa compétence, le Bureau du Médiateur FAIS a conseillé de visiter son portail et de déposer une plainte officielle.

Enregistrez votre e-mail ici pour recevoir une mise à jour hebdomadaire sur l’actualité africaine envoyée dans votre boîte de réception :

Quelles sont vos pensées sur cette histoire? Faites-nous savoir ce que vous pensez dans la section des commentaires ci-dessous.

Terence Zimwara

Terence Zimwara est un journaliste, auteur et écrivain primé au Zimbabwe. Il a beaucoup écrit sur les problèmes économiques de certains pays africains ainsi que sur la façon dont les monnaies numériques peuvent fournir aux Africains une voie d’évasion.







Crédits image: Shutterstock, Pixabay, Wiki Commons

Clause de non-responsabilité: Cet article est à titre informatif uniquement. Il ne s’agit pas d’une offre directe ou d’une sollicitation d’une offre d’achat ou de vente, ni d’une recommandation ou d’une approbation de tout produit, service ou entreprise. Bitcoin.com ne fournit pas de conseils d’investissement, fiscaux, juridiques ou comptables. Ni la société ni l’auteur ne sont responsables, directement ou indirectement, de tout dommage ou perte causé ou présumé avoir été causé par ou en relation avec l’utilisation ou la confiance accordée à tout contenu, bien ou service mentionné dans cet article.